Nouveaux produits

Nouveaux produits
Tous les nouveaux produits
La Mastication chez le chien

La Mastication chez le chien

Les besoins masticatoires du chien

Qu’est-ce que c’est ? 

La totalité des chiens, petits et grands, ont un fort besoin oral : ils ressentent le besoin de mastiquer, mâchouiller, mordiller, ronger etc. On oublie souvent que le chien est un carnassier, sa mâchoire est faite pour broyer des os.

Mais nos chiens de compagnie sont maintenant nourris aux croquettes et ne remplissent plus autant ce besoin, pourtant indispensable quotidiennement

En plus d’être quelque chose de normal et naturel pour tous les chiens adultes, la mastication est également un très bon moyen pour lutter contre de nombreuses problématiques tels que : l’ennui, les destruction, la surcharge émotionnelle. La mastication permet notamment aux chiens de décharger leurs émotions, de se canaliser et de s’occuper mentalement. 

Proposer des activités masticatoires permet également de lutter contre le tartre et c’est bien plus efficace que les friandises dentaires qui permettent plutôt d’avoir une bonne haleine mais pas de limiter la plaque dentaire. 

Enfin, il y a une période notamment dans la vie du chien où il faut prévoir davantage d’activités masticatoires, c’est quand il est chiot, entre 2-3 mois et 4-5 mois environ lorsque les dents de lait commencent à tomber et que les dents définitives poussent. C’est une période où le chiot ressent très fortement le besoin de mordiller et il s’en prend à tout ce qu’il trouve (meubles, vêtements et les pieds/mains des propriétaires). Il faut donc proposer le maximum d’activités masticatoires, de types, genre et matière différents pour garder l’intérêt du chiot. 

Comment le combler ? 

Il existe maintenant pleins de choses à proposer à son chien pour combler ce besoin. Il faut évidemment s’adapter à l’âge, au gabarit du chien, à ses préférences et ses besoins. Lorsque l’activité masticatoire proposée est alimentaire, on prend soin d’adapter la ration journalière de l'animal en conséquence pour éviter le surpoids. Chaque activité masticatoire à son intérêt et sa difficulté, c’est pour ça qu’il faut varier. Ci-dessous quelques exemples. 

Pour les gros masticateurs : sabot de veau, nerf de bœuf, peau de buffle, peau de chameau.

Pour les petits masticateurs : pattes de poulet, oreille de lapin, œsophage d’agneau.

Pour les chiens sensibles : Bois de cerf, fromage de yak, nez de porc soufflé.

C’est évidemment une liste non exhaustive et l’idée est d’innover, de varier souvent et bien sûr de trouver ce qui le plait à nos compagnons.

N’oubliez pas que le besoin masticatoire doit en complément être rempli par certains jouets comme les kongs, les boudins, les peluches, les balles etc.